Un ours tout en guimauve

 

Farouche cartésienne, l’irrationnel a pour moi le goût du sempiternel chocolat alcoolisé que vous piochez chaque année à Noël : un Beurk assumé avec en prime une mine dégoûtée. Et pourtant, comme le dit si bien ma mère, ma bonne étoile s’est transformée en immense galaxie, tapissant mon chemin d’aventures incroyables et de rencontres inoubliables. Dont tu fais partie.

Adorable oui, mais pas que…

Autant commencer de suite par ce qui picote et piétine l’ego, qu’on n’en parle plus. Les propos qui vont suivre vont certainement heurter les âmes sensibles qui vivent depuis trop longtemps dans l’illusion (famille, amis, vous voilà ainsi désignés). C’est décidé, je lève le voile sur des années de mensonges, d’usurpation et de roublardises : Nico est … imparfait ! Si, si, si, je vous assure, sous ses airs de nounours discret et droit dans ses bottes, se cache un être diaboliquement diabolique. Ouf, maintenant que la vérité a éclaté au grand jour, je me sens beaucoup mieux.

Main dans la main

Tu cuisines comme un chef tyrannique, tu as arrêté de te ronger les ongles, tu adores marcher pieds nus comme Mimisiku même quand il fait hyper froid, tu détestes dormir habillé, tu prends toujours ta voix de Fred et Jamie pour expliquer un fait, parfois quand tu bugues tes yeux se disent au revoir, tu ne ranges jamais ta chaise après manger, tu fais toujours gigoter ton gros orteil-pince de crabe quand tu te reposes, tu étends toujours le linge comme si ta vie en dépendait, tu aimes la précision, tu finis souvent mes phrases, tu es le dictateur du rangement (sauf pour la chaise citée plus haut), tu me demandes de l’aide à chaque lettre de motivation, tu comptes mieux que moi mais je t’ai appris ce que signifiait couler comme sur les plumes d’un canard, tu es parfois feignant, tu découpes toujours le blanc de ton œuf au plat en faisant un carré autour du jaune, tu me fais des blagues de CE2 et je rigole pour t’encourager, tu m’inondes de câlins tous les jours et…

Tu es tout ce que je ne suis pas

Tout nous sépare, de notre enfance à nos caractères en passant par nos goûts, c’est fou comme la liste de nos différences s’allonge au fil du temps. C’est peut-être en ça que réside notre complicité, notre amour, nos projets. J’admire ton calme olympien, la force tranquille qui t’habite en toute circonstance, ton ambition, tes convictions, ta douceur. Avec toi, tout est simple, fluide, limpide. J’ai trouvé plus qu’un amant, plus qu’un ami ou un compagnon de route. J’ai la chance d’avoir à mes côtés un diamant à l’état brut, un de ceux qu’il faut chérir à chaque seconde. Mon cœur est gorgé d’amour, de nos rires, de nos souvenirs et de ceux à venir car je n’ai qu’une seule certitude, si la vie vaut la peine d’être vécue, c’est bien pour la partager avec des êtres aussi exceptionnels que toi. Je peux mourir demain, dans six mois ou cinquante ans, je monterai vers ma galaxie avec le bonheur et la fierté d’avoir été aimée comme jamais. Promis, en attendant, je nous garde une place aux premières loges pour les belles années qui arrivent.

Et au fait, tu pensais que j’avais oublié ? Joyeux anniversaire mon amour.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire