Portraits du monde : les trois mousquetaires

Après un marathon de nuits blanches, je peine à garder les yeux ouverts. Mais il y a des rencontres qu’il est vital d’immortaliser. Parce qu’elles sont puissantes, belles et inoubliables.

Comme une évidence

Voilà qu’un petit groupe de trois personnes arrivent dans le salon de notre auberge de jeunesse alors qu’une partie de Mario Kart nous tient en haleine depuis dix minutes. J’entends parler français. Cinq minutes après, nous voilà tous assis sur le tatami, à nous poser un milliers de questions, à s’exclamer, à rire, à se vanner. Cinq minutes, c’est le temps qu’il a fallu pour que j’ai un coup de cœur pour vous, mes trois mousquetaires. Comme une évidence.

Tous pour un et un pour tous

Un visage doux, des attentions de maman, un beau sourire, il ne m’en fallait pas plus pour être sous le charme de mon premier mousquetaire. On sent des fêlures laissées par la vie mais aussi une immense détermination et une soif de liberté. Bientôt un an que ce petit bout de femme parcourt seule le globe. Nathalie, vous m’avez donné une belle leçon d’humilité et de courage. Gardez votre bonne humeur et vos ondes positives.

Mon deuxième mousquetaire pourrait être mon extrême opposé : l’âme artiste et bucolique, passionné par l’alchimie et la méditation. Un esprit libre qui rêve de créer son petit coin de verdure, loin de l’agitation des hommes. Un puits de sagesse et de philosophie, à la voix posée et calme. Louis, j’ai cultivé nos différences pour faire éclore de magnifique fleurs. J’ai appris grâce à toi à voir avec mes trois yeux. Je suis comme tu es.

Mon dernier coup de cœur va à ce nounours de mousquetaire, qui ressemble étrangement à Nicolas et qui est un amour de gentillesse. Un sourire franc, un ton enjoué et des vannes pourries, je ne pouvais qu’aimer. Passionné par le Japon, j’ai adoré écouté tes histoires mon petit grand Flo. Tu es certainement le grand frère que j’aurai aimé avoir.

Un typhon et puis s’en vont

Le typhon Trami qui est passé sur le Japon il y a deux jours nous a confiné dans notre auberge. Pour notre plus grand bonheur. Jeux de cartes, discussion animée, confidences, la nuit s’étire jusqu’au petit matin dans une bulle de complicité et d’amitié toute fraîche. Je nous revois, étalés sur les tatamis, à partager nos blessures d’enfance, nos rêves d’adultes, nos relations passées et nos projets futurs. Les portes closes protégeant notre intimité s’abattent au fil de la soirée, en partageant nos petits secrets et la douleur de nos cicatrices respectives pour au final trouver des points de similitudes au-delà de nos différences. J’ai l’impression de vous connaître depuis toujours alors que vous n’êtes entrés dans nos vies que depuis deux jours.

Merci

Un bout de mon cœur est parti est avec eux ce matin, me laissant sur le pas de la porte, les larmes aux yeux. C’était court et intense, je me suis attachée à eux et suis reconnaissante d’avoir pu croiser leur route. Ils m’ont inspirée, ils m’ont aussi fait grandir et laissent dans leur sillage une trace indélébile dans mon esprit et dans mon cœur d’artichaut.

Dans la vie, il n’y a pas de hasards, seulement des rendez-vous.

Louis, septembre 2018

Merci la vie, merci à vous mes petits mousquetaires pour le bonheur qui m’inonde aujourd’hui. Bonne route et à très bientôt. Une si belle histoire ne peut qu’avoir une suite 😉

Please follow and like us:

2 réflexions au sujet de « Portraits du monde : les trois mousquetaires »

  1. quelle belle découverte racontes tu là ! c’est ça le bonheur de croiser de belles personnes ! ça doit continuer ainsi et comme tu dis si bien, il doit y avoir une suite …..pour que vos chemins se croisent à nouveau pour renforcer vos liens….
    merci de nous faire partager ce bonheur, chérie.

Laisser un commentaire