Templestay à Haeinsa

 

Quand on aime on ne compte pas. Rebelote pour une immersion chez les moines dans un temple classé au Patrimoine de l’Unesco !

Quand les incontournables ne le sont pas

Le temple Haeinsa, c’est LE temple à ne pas rater pendant son séjour. Après le petit temple Golgulsa perdu dans la forêt, celui-ci affiche une toute autre envergure. Mais étonnamment, notre séjour nous a moins ébloui. Comme quoi, les incontournables ne sont pas toujours aussi incontournables que ça.

Beaucoup de monde afflue dans ce temple pour faire le templestay, ce qui nous change du petit groupe familial que nous avions avant. Je me réjouis, on va pouvoir faire de belles rencontres ! Ah mais oui, c’est vrai, faut pas parler en marchant, ni dans les temples et surtout pas en mangeant… Punition ultime quand on est une pipelette comme moi ! Par ailleurs, on a été frustré de ne pas pouvoir discuter avec les moines comme à Golgulsa. Ça manquait de proximité. Dommage.

La pluie ça mouille

Haeinsa se mérite. Le bus vous dépose devant un sentier goudronné et c’est parti pour 1,5 km de montée, sous la pluie, avec un taux d’humidité environnant les 250% et avec en prime nos boudins de 15 kg sur le dos. Une belle mise en jambe, histoire de voir ce qu’on a dans le ventre. Inutile de vous dire que je suis arrivée devant les portes du temple trempée jusqu’aux os par la pluie et une transpiration à l’odeur de rose, les cheveux frisés à la Whoopi Goldberg et mon copain le point de côté, toujours fidèle au poste. Une fois la tenue des novices enfilée, on fait un petit tour du temple avant de commencer les festivités. Et là, j’ai ri.

Traduction en live des discours du moine, Coréens et étrangers séparés, position du lotus pendant 3h, se mettre en rang 2 par 2, se déplacer en silence, extinction des feux à 21h, lever à 4h… J’avais comme l’impression d’être en classe de CE1 mais sans les coloriages et les gommettes. Je crois que le trop plein de règles, ça me donne des boutons ! Nico a sagement suivi les règles pendant que j’insufflais un vent de rébellion au sein des troupes. Moi vouloir communiquer. Nah !

Le petit rituel qui pique

Ça manquait hein ? Cette douce mélodie qui t’extirpe d’un sommeil réparateur, le portable que tu as envie de fracasser contre le mur en papier mâché, ces 108 prosternations qui t’attendent sagement sur ton petit coussin bleu. J’ouvre un œil. J’ouvre une oreille. Rugissement de lionne. Il pleut !! Je cherche en moi toute la force mentale, physique et spirituelle dont je suis capable pour trouver la motivation de lever mes grosses fesses. Peuchère de moi, je vais décéder avant même de sortir dehors.

Je me prépare mentalement à monter l’Everest, à perdre mes poumons et dire adieu à mes genoux. Et ben finalement, j’en ai pas trop bavé. Je suis même fière d’avoir pu suivre le rythme imposé en voyant devant moi des Mike Horn tout musclé renoncer. Je dirai même que, parce que je sais que je suis une sportive du dimanche et que je sais que je vais en chier, le défi à relever me motive davantage. Parce qu’avoir un physique d’athlète ça aide mais ne suffit pas toujours et que tout tient au mental. C’est une petite victoire pour l’ego d’une littéraire en détresse haha

« Find your inner peace »

Trouver la paix intérieure, purifier son corps et son esprit, s’appliquer à faire le bien autour de soi, méditer pour s’élever, ces mantras trouvent un écho en moi, un cheminement spirituel qui apporte une certaine sérénité. Même si j’ai moins aimé ce templestay que celui de Golgulsa, la démarche est toujours appréciable et ne peut faire que du bien !

Please follow and like us:

4 réflexions au sujet de « Templestay à Haeinsa »

    1. Haha je l’aurais bien ramené à la maison mais pas sûr que Bouddha aurait validé. Merci pour votre soutien 😘

Répondre à Manon Annuler la réponse