Portrait du monde : Elle se reconnaîtra

Elle me pardonnera sûrement cette impudence. Enfin, je l’espère. Retour sur le portrait d’une femme d’envergure.

Le doux parfum de Provence

On l’entend dans son accent quand elle s’impatiente, on le sent dans son attitude, bref elle transpire l’huile d’olive et les cigales 😉 Sous son visage fermé et froid se cache un amour, un petit joyau à chérir chaque jour. Oui, sachez-le, cette femme est une lionne au cœur tendre. Difficile d’énumérer toutes ses qualités, mais celle qu’il faut retenir, c’est qu’elle fait le meilleur poulet au curry du monde, celui que je pourrais manger tous les jours de ma vie, sans couverts et à même le sol.

Elle incarne à elle seule le chemin de la maison, celui qui gonfle le cœur d’excitation et qui me fait gazouiller le ventre de bonheur. Un visage, une voix et je me sens chez moi. Notre complicité d’aujourd’hui a été durement acquise, le passé est jonché de disputes et d’un trop plein d’amour que la distance a finalement fini par combler. Loin des yeux et encore plus près du cœur. J’aime le duo indestructible que nous formons, j’aime notre communication qui gueule au fond des tripes et qui écrase tous les non-dits. Oui, chez nous, ça crie et ça se fait un câlin ensuite.

Je veux donc j’aurai

La vie t’a fracassée contre un rocher et tu as trouvé le courage de te relever. Tu t’es construite à coup de colle Uhu, à assembler des bouts de toi en miettes. Je lis de l’admiration dans tes yeux, mais ce sont dans les miens que tu en verras le plus. J’admire la détermination qui t’anime, le courage et la force de caractère dont tu fais preuve quand le soleil décide de laisser place à une nuit sans fin. Tu aimes mon rire mais c’est le tien que j’aime encore plus entendre. Idée fixe, tête de mule, peu importe, tout ce que tu veux, tu l’as. Parce que tu es une femme que rien n’arrête et qui n’abandonne jamais.

Le plus beau des legs

Je lui dois mes boulettes, ma langue qui fourche sans arrêt, mon côté parfois noir ou blanc, il paraît aussi que j’ai certaines de ses mimiques et que son tempérament sanguin a été transfusé directement dans le cordon ombilical. Je n’ai pas hérité de sa sveltesse ni de cette capacité honteuse à manger 3 saucissons en prenant 100 gr. Physiquement, je suis un peu comme le pain de mie Harry’s et elle la croustillante Cracotte. Nous sommes le jour et la nuit sur absolument tout. Mais c’est pas grave, je l’aime bien quand même 😉

Un rêve plus haut que les grattes-ciel

Après des années à avancer sous une nuit noire et menaçante, il est grand temps de rallumer les étoiles. Elle a un rêve depuis toute gamine et sur un coup de folie, il est sur le point de se réaliser. Petit indice : ce Noël 2018 risque de briller beaucoup plus fort que celui des années précédentes 🙂

Note à la mère que je serai (peut-être) un jour

J’espère que tu ne m’en voudras pas si je ne garde pas tout de ton héritage. Je pense que mes mini moi n’aimeraient pas certains de tes legs (je tairai ici certaines de tes manies haha). Je transmets volontiers ton corps parfait, que jalouserait toutes les femmes de la Terre après deux accouchements shrekiens et dont soit dit en passant tu as gardé égoïstement les gènes. Ne t’en fais pas, je me suis faite une raison. Mais quand même. Je pose mon veto pour la vue. Je fais une concession pour ta passion pour la moto, je sais que tu aimeras partager ces moments-là avec tes petits enfants. Ah et au fait maman, pas de sucreries entre les repas hein ?

Les fameux trois petits mots

Please follow and like us:

2 réflexions au sujet de « Portrait du monde : Elle se reconnaîtra »

  1. woaou cherie,
    Ces mots sont sublimes et j’ai quasi la larme.
    Je pense que maman l’aura.
    Tu es une bonne fille et tu sais reconnaître que ce chemin qui n’a pas était simple était peut être (va savoir ) nécessaire pour que vous puissiez être si proches aujourd’hui.
    Gros bisous a vous deux
    Nono

  2. La lionne sourit d’abord, puis laisse couler des larmes de joie, de bonheur et d’émotions à l’intérieur de son coeur
    De sa grosse patte, elle voudrait te saisir sans ses griffes, pour te faire un gros, un énorme câlin d’amour mais ton absence est pour la belle cause : ton rêve, ton bonheur
    Alors trop timide pour dévoiler en public ses sentiments, j’email à mon tour un rugissement!

Répondre à Nono Annuler la réponse